Le site

Retour d’expérience

Avant de revenir à un fil d’actualité plus classique, je voulais tirer quelques enseignements de mon expérience de développement de l’Ecolomètre afin d’en faire profiter les quelques lecteurs qui auraient des velléités de développer leur site web.

  • « matûrer” son projet: avant de se lancer dans le code, il faut déjà avoir une idée assez précise des fonctions et de l’allure générale du site pour éviter de tâtonner et aller droit au but. En ce qui me concerne, ça faisait bien 6 mois que j’affinais ce projet dans un coin de mon cerveau. Au moment de me lancer, j’avais donc déjà en tête le plan du site, l’organisation de la base de données, quelques crayonnés de pages. En gros, je savais où j’allais, le travail ne consistait qu’à traduire l’image mentale en lignes de code.
  • développer seul mais à 2: sur un petit projet comme celui-là, c’est un avantage d’être seul à bord, ça permet d’éviter de perdre du temps dans de longs débats stériles et d’avancer vite sur son idée. Cependant, il est très utile d’avoir un oeil critique à qui présenter son travail régulièrement, un interlocuteur qui pourra aussi jouer le rôle d’aiguillon si vous vous endormez sur vos lauriers et qui, au besoin, pourra vous aider dépatouiller un problème technique. Sur l’Ecolomètre, c’est Julien, mon compère de maTiTine qui a joué ce rôle, tandis que je lui rendais la pareille sur le projet qu’il développait de son côté.
  • se fixer une deadline ambitieuse: pour se motiver, rien de mieux que d’avoir une date en vue, le risque sinon, c’est de passer des mois à développer et peaufiner sans jamais rien sortir. Peu importe si la date est dépassée au final, elle restera néanmoins une référence dans votre esprit pour vous botter les fesses. J’ai démarré le 1er décembre avec l’objectif de rendre le site public le 1er janvier, finalement, le site a été lancé le 15 février. Il n’est pas encore complet, mais il est fonctionnel. Deux mois et demi (sur mon temps libre uniquement, je le rappelle), ça reste raisonnable. L’autre avantage de se fixer une deadline ambitieuse outre la motivation, c’est que ça va vous forcer à limiter votre développement aux fonctions essentielles, à simplifier votre projet, à éliminer le superflu, à optimiser vos solutions, le résultat n’en sera que meilleur, plus lisible, plus dense, plus pertinent. Une dernière chose sur ce point: tenez à jour un petit journal où vous noterez d’une phrase ce que vous avez fait chaque jour ainsi que le temps passé, rétrospectivement, c’est toujours intéressant à lire.
  • utiliser de bons outils: c’est incroyable comme certains outils peuvent vous faciliter la tâche et doper votre productivité tout en apportant la rigueur nécessaire à un projet solide. Personnellement, je n’envisagerais plus de développer sans le framework PHP Code Igniter, le framework javascript jQuery, l’éditeur de texte Netbeans, le gestionnaire de versions Subversion et j’en oublie sûrement.

En espérant que ces menus conseils pourront servir à d’autres.

(ce billet est une reprise du billet publié il y a quelques semaines sur mon blog personnel “L’imparfait du subjectif”.)

Laisser une réponse